Comment bien commencer son année de Trading 2022 Vincent BOY @IG France

Comment bien commencer son année de Trading 2022  Vincent BOY @IG France

Show Video

Bonne année, bienvenue sur VideoBourse pour un  live avec Vincent BOY, on va préparer cette année   de trading, salut Vincent, bonne année. Bonjour,  bonne année à tous, merci pour cette conférence.   Alors s'il vous plaît : est-ce que tout est bon  au niveau du son et l'image ? Si vous communiquez   pendant le live et bien j'aurai un oeil et on  prendra le temps de poser des questions à Vincent,   et ce qu'on disait lorsque l'on préparait le live  c'était que 2022 pourrait être une année / devrait   être d'après moi, passionnante. Je ne vois pas  comment il pourrait en être autrement puis ce   qu'on vient de vivre deux années assez incroyables  en bourse de manière générale et au-delà des   marchés actions / des marchés traditionnels on a  le marché crypto qui s'impose et je ne vois pas   ce qui pourrait freiner sa marche en 2022.  Et en tout cas, justement, ce qui pourrait   freiner sa marche sera peut-être la régulation  éventuellement neocase à être sur le devant de la   scène donc suivre les marchés pour des analystes  ou les traders ça va être passionnant cette année   est ce que tu es d'accord avec cette idée oui  en effet on a eu deux années très haussière   finalement sans trop d'obstacles malgré tous les  risques et l'a peut-être justement une poursuite   de la volatilité est peut-être qu'une remise en  question comme tu le dis sur les crypto monnaie   même si on est sur une belle lancée haussière il  peut y avoir des retours en arrière et on sait   que cela peut être assez violent dérégulation d  une confirmation peut-être de ce marché sur les   autres marchés il ya encore beaucoup de deux n'ont  pas d'obstacles mais en tout cas de choses qui   peuvent se passer au travers des banques centrales  notamment mais tout ce qui s'est passé en 2020   2021 que était également être répercutée en 2022  positivement ou négativement et donc en effet on   attend 2022 une année très intéressante et très  probablement assez volatile sur les marchés alors est ce que tu aurais mis les deux sondages  puisqu'on peut interroger nos auditeurs via le   chat de youtube qu'est-ce qu'on pourrait leur  demander est-ce que 2022 serait volatile est ce   que le vin de sera l'année des crypto moi ce que  tu auras une autre idée est de ramener beaucoup   je ne sais pas entre les l'écriteau est ce que  est ce que déjà on va terminer l'année au delà   des niveaux qu'on a qu'on a vécu ou des plus hauts  historiques déjà déjà observées dans le monde les   crypto vous de suivre le mouvement des indices  si les indices chutent est-ce que les crypto   vont dépasser peut-être les indices ou peut on  peut éventuellement avoir des sondages en ce sens   la corrélation entre les indices traditionnels  et le marché des crypto peut-être pas bien je   réfléchis je formule sae bien en attendant je  laisse démarrer la présentation je crois que   tu commence par un petit bilan 2021 et rapidement  bascule vers les perspectives 2022 pour enquêter   par rapport aux excuses moi au sondage j'avais  lancé un sondage en fin d'année dernière quels   sont les grands thèmes quel est le thème qui  vous intéressera le plus en 2022 il y avait le   choix entre quatre réponses donc il y avait les  crypto monnaie il y avait le metaverse il y avait   la voiture électrique et enfin il y avait agi  par bêtise mais oui le voyage spatial le voilà   le stade tous les milliardaires la somme est à  fond là-dedans que ce soit jeff bezos elon musk   et quelques autres se lancent un peu une guerre  comme ça à l'espace est bien ce qui revenait et   ce qui intéressait le plus que tu es le plus  attendu avec près de 500 réponses au total   c'est les crypto monnaie voilà juste pour info ok  en effet sur le sondage c'est vrai que peut-être   le voyage spatial et le métavers c'est peut-être  un peu tôt pour scier un cessez le moment tu y es   intéressé parce que justement c'est il est tôt  mais ce n'est peut-être pas ce qui va être plus   le plus suivi sur les marchés pour le moment  parce que les crypto justement son ont eu le   temps de s'installer même si le marché jeunes et  donc probablement le crypto vont être plus suivi   que le reste même si dans les années à venir et ne  provoquent que le metaverse et le voyage spatial   soit également très suivie donc en effet on va  voilà un rapide bilan plutôt sur 2021 c'est plutôt   pour voix pour introduire un preset ce webinaire  parce qu'on a tous vécu cette année exceptionnelle   de 2021 2020 2021 et puis on va regarder plutôt  quoi suivre en début d'année 2022 des sujets   qu'on connaît déjà et puis des perspectives un  peu justement plutôt sur le premier semestre   il est difficile de faire des perspectives assez  long terme et sur voilà ce premier trimestre 1er   semestre de l'année 2022 pour pour terminer  en regardant un peu quelques graphiques pour   terminer ce webinaire donc voilà après deux années  exceptionnelles donc exceptionnelle en termes de   d'information en termes de de volatilité  de personnes performances sur les marchés   financiers on l'a tous vécu 2020 mars 2020 et  cette chute importante qui ait finalement été   effacées aussi rapidement grâce à l'intervention  des banques centrales grâce à l'optimisme des   marchés a orbon économique finalement et puis à  cette poursuite de l'optimisme malgré les risques   que nous avons vu un parce qu'en 2020 bien entendu  on était encore dans le flou sur la dangerosité ou   encore sur les répercussions de la coved sur  sur l'économie sur la santé malgré ces doutes   on a continué à progresser à partir de 2 mars 2020  baisse et puis interventions des banques centrales   hausse et à partir de juillet juillet nous avons  dépassé les anciens plus hauts historiques pour   continuer de progresser malgré tous ces doutes  par la suite on s'est rendu compte finalement que   cette épidémie était un peu brutale certes mais  n'avait pas d'incidence extrêmement importante   extrêmement grave on n'est pas sûr d des cas de  doute ou de maladies qui sont aussi dangereuses   comme on l'avait qu'ebola ou autre qui aurait  pu faire beaucoup plus de dégâts et donc une   accélération haussière du fait de ses nouvelles  et puis soutenu par la reprise économique   parce que tout de même le confinement et les  restrictions nous ont montré que on vit dans   un monde 24 24 ce qui nous amène à ces problèmes  de l'approvisionnement aujourd'hui d'ailleurs mais   coupé finalement l'aider l'activité pendant  ne serait ce qu un mois complètement amène à   des problèmes d'approvisionnement qui vont être  d'ailleurs encore visible sur 2022 on le verra   dans un instant beaucoup voilà 2020 qui s'est  poursuivie et puis d'autres risquent justement   dès 2021 a commencé plus tôt sur les risques  d'inflation alors les risques d'inflation qui   était minoré par la réserve fédérale par la banque  centrale européenne au début 2021 malgré sur les   statistiques qui montraient qu'il y aurait des  risques inflationnistes et puis petit à petit   les banques centrales ont changé leur discours  inciter plutôt une le sujet de 2021 c'était   cette modification de deux discours des banques  centrales sur l'inflation d'abord que l'inflation   n'est pas excessive puis que l'inflation va être  temporaire que l'inflation va légèrement dépassé   l'objectif que l'inflation va être un peu plus  longue que prévu mais va ensuite revenir à la   normale puis on a enlevé et dernièrement cette  ce mot transitoire dans le discours et puis   finalement l'inflation peut être à un risque donc  il va falloir peut-être modifier les politiques   monétaires donc voilà un peu l'année 2000 21  qui tournait autour de cette modification de   discours sur l'inflation après mais qui a tout  de même permis d'avoir une année 2021 encore   exceptionnel sur l'année 2020 selon les indices  près de 50% de hausse ici sur l'année 2021 près   de 30% de hausse donc ce qui est exceptionnel qui  est une à deux années exceptionnelles est ce qu'on   peut s'attendre à 2022 avoir une une progression  aussi importante que 2021 ou même que 2020 il   va falloir regarder un peu ce que l'on a comme  risques risques qui n'ont pas été pris en compte   par les marchés ou très peu précédemment donc  voilà 2021 les risques ambiant une modification   de la perception de l'inflation par les banques  centrales mais en revanche un soutien sans faille   qui n'a pas été modifiée puisque même si le  discours des banques centrales a maudit a été   modifié compte tenu de la modification du disco  par rapport à l'inflation la politique monétaire   elle n'a absolument pas changé sur les derniers  mois le dernier mois de l'année peut-être qu'on a   eu des rachats d'actifs moins important mais cela  ne veut pas dire que il ya un resserrement de la   politique monétaire le bilan de la fête continue  de progresser puisqu'il ya toujours près de 100   milliards de dollars de rachats d'actifs par  mois on est toujours sur des taux extrêmement   bas je parle de la fed ici donc malgré ses dix  pompiers ont changé on est toujours dans une   politique monétaire extrêmement accommodante 2022  on va d'abord regarder un peu les risques et puis   on va en parler 2022 pourrait tourner autour  également de ce resserrement monétaire de au   micro ou encore d'autres sujets donc voilà après  deux années comme tu disais en début de 2e binaire   après deux années exceptionnelles 2022 va être  extrêmement intéressant parce que soit on aura   les contrecoups justement de cette politique  monétaire et de l'optimisme des marchés ou au   contraire comme certains le soutiennent on entre  on est entré en 2020 dans un nouveau super cycle   est donc une progression encore plus importante  des indices ce qui paraît difficile en tout cas si   on s'arrête sur les fondamentaux les fondamentaux  en tout cas qu'on utilisait précédemment comme   certains vins 10-2-2 proportion de comment dire  de la valorisation des marchés par rapport au   pib mondial qui est souvent utilisé pour voir  justement s'il ya des lui si la valorisation   est trop élevé on est bien au dollar à des  niveaux qu'on observait avant et même bien   au delà du niveau qu'on avait observé juste  avant l'éclatement de la bulle de 2000 donc   la bulle internet donc voilà c'est 2022 ça va  être soir le début d'un nouveau la confirmation   d'une poursuite du cycle ou au contraire ce  qui paraît plus vraisemblable étant donné   fondamentaux d'avoir justement non pas forcément  un effondrement des marchés mais en tout cas les   claquements de certains secteurs d'activité qui en  ont beaucoup profité et donc un retour en arrière   une prise de conscience des risques pour revenir  un petit peu sur des niveaux plutôt en adéquation   avec les fondamentaux durant cette année 2022 b  ce qui pourrait permettre ont peut-être s'il y   a un retour en arrière sur les indices d'aller  sur d'autres marchés et d'aller peut-être sur   les crypto monnaie même si pour le moment on  voit bien que la corrélation entre les crypto   monnaie et les les actifs un peu plus volatils et  risqués sont est assez positif donc voilà s'il y   a correction importante sur les marchés sur les  indices ou sur les marchés traditionnels il est   fort probable pour le moment que le les crypto  monnaie suivent ce marche on va en parler à la   fin de ce webinaire justement des perspectives un  peu et ce qu'on ne pourrait voir pendant l'année   2022 on va regarder un peu le port louis il ya  des questions ou des remarques win ouais alors   justement voilà notre leader n'en demandez est  ce qu'on peut considérer que le marché actuel   est une énorme bulle spéculative ou est-ce que  vous pensez que les hausses sont saines malgré   news alors ça dépend à quoi on se repère parce que  ma pour moi a fondamentalement on est clairement   dans une bulle en tout cas on est clairement dans  une valorisation qui est bien trop excessive mais   il y a plusieurs aspects qu'il faut regarder  c'est que par exemple si on revient on prend   justement cette comparaison entre le pib mondial  ou pib américain et la valorisation des actifs   en dollars qui est bien au delà alors lorsqu'on  était dans la bulle internet 150 en tout cas on   avait une valorisation de marché sur le marché  américain qui était de 150% du pib ce qui était   au delà du raisonnable aujourd'hui on est à 230  % du pib américain donc on est bien au-delà de   ce qu'on a vu donc la valorisation des marchés  est bien trop excessif sauf que nous avons des   des commandes irrité des données qui sont un peu  différente parce que précédemment ou en 2000 même   l'intervention des banques centrales pas la  même et donc cette donnée change un peu les   fondamentaux ou les ratios qu'on utilisait avant  même si pour moi pour répondre honnêtement à la   question reste dans une bulle spéculative on est  sur une valorisation qui est normalement intenable   compte tenu des historiques mans justement  de celle de ses fondamentaux mais pour le   moment voilà cette bulle peut tenir encore très  longtemps on peut avoir d'autres corrections qui   a manifestement une modification ou un retour en  arrière dès l'intervention des banques centrales   et donc à une poursuite de cette cause parce qu'on  n'est pas encore justement dans une normalisation   de la politique monétaire des banques centrales  loin de là on est dans un discours de peut-être   qu'ils allaient peut-être éventuellement lever le  taux d'intérêt sauf que actuellement il est il va   être très difficile d'avoir un un taux directeur  au delà des importants de bon sens comme on l'a   vu précédemment parce que étant donné le niveau  de dette mondiale ce serait extrêmement difficile   de remboursement de rembourser cette dette avec  une augmentation justement des taux d'intérêt une   autre remarque cash flow hunter qu'ils étaient  cela c'est une bulle c'est certain mais ce que   pour toi tesla est une bulle tesla est également  sur valorisé alors il a montré que finalement il   avait tout même des des points hauts en tout  cas une une faculté finalement à surmonter   les obstacles assez importante mais c'est vrai  que 1000 milliards de dollars pour une société   qui fait ce ce niveau de rémunération actuel et  étant donné les taux de marges dans le secteur   automobile s'est effectivement non pas une bulle  mais plutôt une valorisation extrêmement excessive   parce que voilà tesla on peut avoir des doutes on  en avait beaucoup avant mais tesla a livré près   d'un million de véhicules en 2021 donc ce qui est  plutôt positif même donc ils montrent finalement   qui peut-être peut-être une oeuvre une société  qu'il ya une production de masse mais il ya tout   de même des risques parce que la marge justifie  pas justement ce niveau de valorisation il y a   des défauts également dans le véhicule malgré  cette livraison de 1 million de véhicules en   2021 à la fin de l'année tesla a annoncé un report  un rappel de près de 500 mille véhicules sachant   que tessa livrer à peu près de 2,3 millions de  véhicules il rappelle 500 mille véhicules s'est   tout de même 20 à 25% de sa production totale  depuis 2007 donc voilà nous sommes tout de même   dans une valorisation extrêmement excessive  encore 7% je crois à l'ouverture là on attend   7% de hausse donc au delà des mille milliards  de dollars donc on n'attend pas ce que tu es   cela arrive à zéro parce que il ya maintenant une  technologie du savoir une production qui commence   à être de masse mais une valorisation qui est  beaucoup trop excessive et qui va justement   d'adéquation avec certaines sociétés tirent le  marché vers le haut mais qui ont une valorisation   importante malgré la hausse des perspectives de  croissance des bénéfices dernière remarque nos   auditeurs je pense qu'il ne faut pas oublier au  micro certains pays sont retournés en confinement   le cours du pétrole sera affecté ses joueurs lui  dire par rapport aux cours du pétrole par contre   on aura plus l'effet surprise je pense que ce qui  avait complètement bouleverser profondément le   commerce mondial en 2020 et tout ce qui touche  au pétrole et donc il ya beaucoup de pays dont   les économies dépendent en grande majorité du  pétrole au classement il y avait une vraie panique   ça on ne retrouvera pas parce que quoi qu'il  arrive quand on sait que quelque chose peut se   passer on s'en prémunir et les acteurs sont déjà  positionnés ont pu anticiper cette ce sera plus   un bac swanepoel hts répondu oui en effet il faut  surveiller au micron donc pas forcément comme tu   le dis pour l'effet de surprise et l'effet de  dangerosité de en tout cas le fait que ce loi   cela soit dangereux et plock encore totalement  l'économie mais en effet il faut au niveau de   la santé il faut plutôt surveiller aux migrants  parce que du fait de l'augmentation des cas qui   paraissent moins graves mais il y en a quand même  où est donc s'il ya beaucoup plus de cas il peut   y avoir un certain nombre pieds qui sont graves  et on le voit d'ailleurs avec les statistiques   d'hospitalisation et autres proportionnellement  au nombre de cas il ya moins dans split alisation   et moins d'essais mais étant donné qu'il y à  bien plus de cas il y aura tout de même bien   plus d'hospitalisations et de décès et donc de  la même façon le les systèmes de santé peuvent   justement avoir un souci important mais on a  pu cet effet de surprise on est préparé les   bassins les vaccins semble amener une certaine  protection et donc petit à petit vont on l'espère   amené mime unité globale face à cela et donc on  s'attend en tout cas pour le moment puisque on   reste dans l'inconnu avoir une nouvelle finalement  malades lit comme on peut le voir sur une grippe   qui restera parmi nous il faudra probablement se  vacciner mais qui n'aura plus d'impact important   mais ce qu'il faut surveiller actuellement sur au  micro et on va le voir ici c'est plutôt l'impact   que cela peut avoir sur les restrictions donc  si on ferme certains certains certaines unités   de production le voit en chine certaines régions  sont reconfirmer pour un moment donc il n'y a plus   d'effet de surprise de baisse des marchés mais  cela va ralentir la production manufacturière   industrielle et donc réduire l'offre et donc  augmenter les prix donc au micron peut avoir   également un impact encore plus important sur  les dérèglements de la chaîne de production de   la chaîne de production d'approvisionnement et  donc sur l'inflation donc sur les politiques   monétaires donc voilà sur les marchés donc c'est  plutôt un effet indirect que comme tu le disais   l'effet de surprise et les faits deux de chute  extrêmement importante donc on va surveiller   bien entendu au micro mais plutôt pour des  effets indirects sur les marchés financiers   ok et juste pour terminer bien le pétrole est  très cher en ce moment et pourtant comme le dit   notre auditeur cash flow hunter il ya beaucoup  de confinement est en tout cas il ya sans doute les ce qui touche au voyage s'est ralenti bon en  même temps on a beaucoup de demandes et on voit   qu'il ya du retard dans l'approvisionnement  je sais pas comment interpréter je suis pas   spécialiste du pétrole mais déjà le pétrole  c'est quand même un marché spécifique puisque   l'on parle sont du cartel de l'opep donc c'est  quand même très géopolitique et c'est on se met   d'accord et on trouve un rapport de forces entre  les différentes puissances mais ouais c'est vrai   que le pétrole est exceptionnellement haut alors  que à certains égards d'économie ne tourne pas   à 100% même si d'autres secteurs e chauffe voilà  je sais pas c'est difficile mais bon toi tu parle   souvent d'ailleurs des matières premières et du  pétrole voilà sentation le mercredi notamment   enfin une émission la pression sur les matières  premières le pétrole effectivement il y a encore   une économie qui tourne au ralenti mais en tout  cas pas à 100% mais tout de même il ya certaines   industries qui tourne à plus de 100% en tout  cas qu'ils sont surchargés d'où justement ces   ralentissements dans la chaîne d'approvisionnement  il ya des difficultés à produire assez vite à se   procurer les matières premières donc il ya  tout de même certains pans de l'économie qui   sont consommatrices de consommateurs de pétrole  et d'énergie qui fonctionne à plein régime et   puis il y a toujours une production au niveau  de l'opep qui est légèrement inférieur à ce   qu'on voyait précédemment alors qu'on a toujours  cet effet de rattrapage de la production et puis   à des perspectives plus moyen terme il faut il  faut voir et on en parlait au travers notamment   des webinaires avec toi fabien ou d'autres de  l'année 2020 etc ces best cps dans les cash   flow cbs dans l'est en tout cas les mais les  restrictions et les confinements honte a mené   à une baisse dans les investissements dans  le pétrole dans les matières premières on   voit à long terme il faut découvrir de nouveaux  gisements il faut découvrir de nouvelles mines   pour les matières premières minières pour assurer  la production dans les années à venir or en 2020   2021 on est sur un comment dire une valeur  totale de découverte de nouveaux gisements   faut parler ce traitement du pétrole qui est  au plus bas depuis 75 ans me semble-t-il alors   qu'on a tout de même une demande qui rebondit et  l'effet de rattrapage est donc selon l'opecst on   peut d'ailleurs commencé là dessus -sur le port  pointe parce que il y a donc une demande voilà   c'est les perspectives de de l'opep simplement  par de l'eau patristique de décembre c'est le   rapport mensuel donc voilà total world ici en  2022 on s'attend à 100 millions de barils par   jour ce qui était le niveau qu'on observait à  peu près en 2019 donc on devrait rattraper la   demande mondiale de pétrole qu'on avait en 2009  à peu près ici entre le deuxième trimestre et   2022 est le troisième trimestre 2000 23 22 donc  on est tout de même sur un niveau important de   demandes mais d'un autre côté on a une perspective  de nouveaux gisements de nouvelles productions qui   est elle plus faibles ou en tout cas qui est  qui pourraient être à risque donc voilà cette   hausse du pétrole paraît tout à fait sensé même  si effectivement on a au niveau aérien ou autre   pas forcément les mêmes niveaux de consommation  que l'on avait justement en 2019 donc cela paraît   tout à fait logique et d'autre part au niveau de  l'opep qui d'ailleurs se réunit donc aujourd'hui   et demain l'opep s'est opep aujourd'hui il vaut  élire d'ailleurs le nouveau secrétaire général de   l'opep c'était un nigérian précédemment que l'on  connaissait depuis un certain temps il donc ils   vont élire une personne désignée une nouvelle  nouvelle un nouveau secrétaire général parlait   également des fondamentaux aujourd'hui demain ce  sera l'opep plus donc avec ses partenaires avec   la russie et ils vont décider de l'augmentation  des quotas de production qui sont qui ont été   baissés les quotas de production ont été baissés  du fait de deux lacs au vide etc et on est parvenu   au niveau des quotas de production précédent il  augmente de quatre cent mille barils par jour   chaque mois mais certains pays notamment les états  unis ou d'autres pays consommateurs demandent une   augmentation plus rapide des quotas de production  parce que justement comme tu le disais les prix   sont élevés donc alors que l'opep ne bouge pas  de son calendrier de quatre cent mille barils   par jour voilà en prétextant justement que il  y à des risques de face à aunis qu'on fasse à   d'autres risques d'un ralentissement de la demande  malgré tout les perspectives de la demande reste   extrêmement élevé dos au troisième trimestre au  1022 on devrait dépasser la demande que l'on avait   en 2019 mais malgré cela on a une poursuite du  calendrier au niveau de l'opep et donc seulement   400 mille barils par jour supplémentaires attendus  en février donc tout justement le l'explication   entre autres d'avoir un prix du pétrole qui est  élevé et qui pourrait continuer d'être élevée   surtout si l'opep justement décide de poursuivre  son calendrier est de rester à quatre cent mille   barils par jour en février voire au delà qu'il  ne prend pas de décision d'une poursuite de la   réduction des quotas de production voilà ce qu'on  va regarder voilà comment c'est sur le marché sur   le bec puisqu'il y avait une question sur quoi  surveiller au premier trimestre et au delà 2022   au niveau 2 au niveau du pétrole ça va être  bien sûr la persistance de la croissance de   la demande mais également ce que l'opep décide de  poursuivre son calendrier d'une hausse graduelle   de 400 mille barils par jour aussi au contraire  elle décide d'augmenter ses quotas de production   pour essayer de freiner la hausse des prix mais  pour un pays producteur bien entendu freiner la   hausse des prix n'est pas forcément son objectif  après il y à d'autres facteurs en jeu bien entendu   mais les états unis continuent de saut de faire  pression sur l'opep ils ont mis sur le marché une   partie de leurs réserves stratégiques mais ce qui  représente trop peu pour être pour faire baisser   les prix de façon significative donc d'un côté  on surveille les pays producteurs et notamment   l'opep ses quotas de production et de l'autre côté  les la réaction justement des pays qui produisent   mais qui consomme extrêmement en tout cas beaucoup  comme les états unis et cette mise sur le marché   du comment dire de l'âme des réserves stratégiques  pour terminer à plus court terme on a eu également   une une baisse en fin d'année sur le pétrole  puisqu'on est ici on va regarder le pétrole   mieux le brut léger là on est sur le wti donc  donc les cours de pétrole sont à peu près liés   voilà on a eu ici une baisse en novembre octobre  novembre la baisse des marchés d'abord et puis   après la baisse des indices donc et puis après  malgré une sortie aux donc de comment dire des   indices on a eu une poursuite de la baisse ici  du pétrole un rebond qui c'est qui a été freiné   parce que en fin d'année notamment la chine a  décidé donc de réduire ses quotas d'importation   de 11% par rapport à l'année précédente et la  chine importe beaucoup de pétrole voilà un peu   c'était simplement une petite parenthèse mais sur  le marché du pétrole on regardera aujourd'hui et   demain la décision de l'opep plus pour essayer  d'anticiper un peu la poursuite de la hausse qui   selon moi devrait se poursuivre à moins d'une  baisse sur les marchés financiers des indices   de risque sur au micro ondes etc si on reste  dans cette configuration de marché d'optimisme   on devrait avoir une poursuite de la hausse  du pétrole expliqué par cette augmentation   de la production qui reste assez lente les  les perspectives de découverte de nouveaux   gisements qui est au plus bas et pour autant une  accélération justement de la demande un rattrapage   de la demande comment la vue sur le graphique de  retrouver les niveaux de 2019 des le q3 +2 2020   dit en passant est très complète comme l'analyse  du coup et s'est donné une question est ce que tu   sais combien de temps se conservent un baril de  pétrole je demande ça parce que est ce que par   exemple des professionnels des structures de  stockage ont peut-être fait le plein lors de   la panique d'avril 2020 est ensuite redistribué  doucement est ce que c'est quelque chose qui est   possible ou pas je connais pas cette dimension  cette donnée c'est tout à fait possible mais je   ne connais pas le temps de conservation possible  sur le pétrole mais en fois si vous faites le   plein de de pétrole en physique il est tout à  fait possible ensuite d'acheter des produits   financiers sur les futures et de pouvoir écouler  finalement le de pouvoir écouler le physique tout   en gardant une position justement sur des prix  qui reste plutôt positif ou en tout cas de faire   un roulement sur le sur le stock que vous avez  en physique donc à ce que font d'ailleurs les   pays avec leurs réserves stratégiques donc c'est  fort probable qu'il y ait eu un achat massif que   ce soit au travers de deux produits dérivés ou  en physique pour profiter justement deux sets   de 7 comment dire de cette hausse des marchés ce  que font d'ailleurs les les compagnies aériennes   et autres elles n'achètent pas en physique mais  elle se protège toujours sur justement il ya un   trading extrêmement important chez air france  où d'autres sociétés qui sont consommatrices   de pétrole sur les produits futurs et autres pour  acheter lorsque cela est bas et ensuite edge est   justement lorsque les prix et les cris sont assez  haut par contre non sur la question je ne sais pas   combien de temps ce le pétrole sont concernées et  puis cela très cher en stockage ouais si certains   sont ce que sait on des impôts n'hésitez pas sur  le chat et ça me fait penser je voulais c'est le   lien vers une superbe conférence présentiel qu'on  avait faite avec la fat l'association française   des années ces techniques à la fin d'année 2010  22h21 pardon et je dois que les bilans 2021 et   perspectives 2022 avec philippe chalmin qui a un  expert vraiment reconnu des matières premières je   vous êtes le lien parce que cette conférence était  diffusée ensuite est disponible librement et pour   le coup c'est vraiment un grand spécialiste qui  connaît vraiment les aspects pratiques concrets   les tenants et aboutissants les fondamentaux  des marchés de matières premières voilà juste   petite parenthèse je fais continue vincent ok donc  maintenant qu'on est passé petite introduction sur   l'année 2020 21 donc on est rentré directement  dans le sujet avec les points à surveiller sur   le marché du pétrole on va rester un peu sur  l'énergie l'opep on en a parlé et puis il   faudra surveiller également le gaz importants  avec justement les conflits ou en tout cas ce   qui se passe entre la russie l'ukraine les etats  unis le g7 on a le la réunion de l'otan qui sera   le 12 le 12 janvier me semble-t-il et il y  aura certainement une discussion entre sur   cette relation entre l'ukraine relation si on  peut dire entre l'ukraine et la russie ont pensé   les soldats qui vont aller soldats russes qui  vont à la frontière ukrainienne et qui amène à   des risques justement de d'agressions de l'ukraine  par la russie ce qui a amené les états unis ou en   tout cas tous deb hayden a discuté avec poutine  en fin d'année en fin d'année 2021 qui n'a pas   donné grand chose il a réitéré les menaces  qui sont plutôt économique non pas militaire   on n'a jamais parlé de menaces militaires mais  plutôt économique géopolitique envers la russie   si jamais il y avait une avancée de ses troupes  vers l'ukraine et cela également à mener l'union   européenne l'europe à faire le même type de menace  envers la russie mais amène également et nous   montre justement que l'europe est tout de même  assez dépendant qu au niveau énergétique de la   russie qui est un gros producteur de pétrole bien  entendu dans le top 3 avec l'arabie saoudite et   les etats-unis mais également au niveau du gaz et  40% des importations de gaz européens viennent de   russie il y a et on en parle souvent nord stream  2 avec ce pipe lines qui a été construit le long   de nord stream 1 et qui passe par la mer du nord  ou au dessus donc dès qu'ils arrivent qui arrive   pardon en allemagne et il est déjà finie mais  il y à la mise en service qui pose problème en   tout cas qui est décalé et 7 ce conflit sur  l'ukraine le le rap donc jour justement sur   la date de mise en service de nantes l2 mais  d'un autre côté la russie précise que voilà si   l'europe se mêlent finalement des affaires de la  réussite sans le dire officiellement nous voyons   en tout cas que à chaque menace où il ya une une  volatilité dans la livraison de gaz vers l'europe   et donc une volatilité sur le gaz le prix du gaz  en europe donc on a eu une forte baisse puisqu'on   a eu tout de même une une sorte d'accalmie un  petit peu entre l'europe et la russie donc une   baisse du prix du gaz importante parce qu'on  est allé sur des prix extrêmement important ce   qui d'ailleurs favorise la relation de la même  façon mais on attend qu'il même un prix du gaz   devraient rester assez sport et surtout s'il y  avait des conflits plus importants concernant   l'ukraine mais en tout cas en règle générale  entre l'europe et la russie et la mise en service   de nord stream 2 qui augmenterait de double de  100% justement la quantité de gaz qui peut être   apportée de la russie vers l'europe ce qui est  plutôt positif parce que cela va vite à moindre   coût par rapport à d'autres fournisseurs mais  augmenterait justement la dépendance énergétique   de l'europe par rapport à la russie est donc  ici il va falloir surveiller ce conflit au   niveau de l'otan niveau des états unis au niveau  de l'europe 2 la russie de l'ukraine ce conflit   justement entre la mise en service de nord stream  2 et les pressions exercées par l'europe sur la   russie si elles envahissent et l'ukraine et donc  s'il y avait un mouvement peut-être de la russie   un peu toutes ses troupes qui sont maintenant à  la frontière ukrainienne l'équipe russe s'il y   avait un mouvement de la russie vers l'ukraine  cela pourrait amener à des risques des risques   géopolitiques et des risques également de crise  énergétique qui pourrait être plus importante   pour l'europe parce que l'europe très probablement  répondrai par des sanctions envers la russie donc   c'est un sujet qui pour le moment semble s'être  calmée depuis une semaine deux des discussions   qui sont en route poutine et biden sont attendus  à nouveau disputé durant la semaine normalement   jeudi mais s'il y avait un mouvement dans un  sens ou dans l'autre une invasion peut-être ou   des sanctions mis en place par l'europe attention  à l'évolution du prix du gaz attention justement   à cet approvisionnement qui pourrait être un peu  déréglé et qui pourrait amener à une hausse des   prix du gaz extrêmement important et au delà a  mené à des risques géopolitiques plus important   aux frontières de l'europe final une voile est  un peu le marché de l'énergie que l'on va suivre   avec attention durant ce premier trimestre de  l'année 2022 au niveau de l'opecst on en a parlé   au niveau du prix du pétrole qui pourraient être  restée soutenue et au niveau du gaz donc avec des   conflits géopolitiques qui pourrait être encore  plus important voilà sur ce premier sujet sur quoi   suivre quoi regarder justement en 2022 je vais  reprendre donc au début de la de la présentation   je ne sais pas s'il y avait d'autres questions  en attendant pour l'instant c'était tout et je   précise que je indiqué comme question sondage  le cours du bitcoin marc raquil de nouveaux plus   hauts en 2022 donc assez simple mais je pouvais  pas vraiment d'autres formulations une vingtaine   de votes n'ont pour l'instant à 58% et bien nos  électeurs voient le cours du bitcoin marquer de   nouveaux plus hauts 42% nous allons continuer à  voter on on prendra en compte à la fin du live ok   on parle à un peu également dû du biel cohen  décrypte aux manettes dans cette perspective   2022 donc on parlait justement je précisais un peu  voilà je précisais un peu cette cette comparaison   entre le la valeur justement du pib mondial où  américains et du pays et du de la valorisation   des actions qui montre une survalorisation du  des marchés financiers au niveau fondamental   pour autant là tout de même ici donc s'asseoir de  bloomberg une perspective des bénéfices du s&p 500   qui est en hausse alors pour lire le graphique  voilà le ciel d'ici 2023 les perspectives et les   perspectives 2022 perspective 2022 perspective  2023 donc on a tout de même une hausse des   perspectives de des bénéfices donc des sociétés  du s p500 2021 étant en noir juste ici donc une   hausse en 2022 une hausse en 2023 pour autant on  est quand même dans une valorisation extrêmement   importante mais ce graphique et ses perspectives  amène justement à la confiance des investisseurs   des fonds d'investissement mais il ya certaines  sociétés malgré leur valorisation effective et   excessives ont des perspectives de hausse des  résultats donc tout de même une survalorisation   mais avec des fondamentaux qui sont positifs  et des perspectives positives mais il ya tout   un un nombre de sociétés extrêmement important  qui eux n'ont pas de perspective en hausse et   qui pour autant on une survalorisation de delarue  en tout cas une valeur bien excessif par rapport   justement à leurs fondamentaux donc ici c'est une  moyenne et donc voilà même si on voit du positif   on reste sur une moyenne et il y a et on le dit  souvent certaines sociétés qui tirent le marché   vers le haut parce que on le voyait d'ailleurs  les il ya d'ailleurs peu de son investissement   qui ont superformé le lundi sn p 500 qui a fait  25 ou 30% de hausse sur l'année et peu de fonds   d'investissement qui eux diversifie qui essayent  de de diversifier leur portefeuille au delà de   la csn qui est peu de fonds d'investissement ont  superformé pourquoi parce que finalement beaucoup   de sociétés ont chuté ce que l'on ne voit pas  au travers des indices et certaines sociétés   notamment les gars femmes qui font une grosse  partie de la valorisation du snp 500 du nasdaq   100 ont eux été tirés vers le haut et donc les  indices ont performé mais finalement il ya peu   de sociétés qui sont allés voir de nouveaux  plus hauts historiques sur la fin de l'année   donc voilà cette hausse des indices cachés ou même  une grosse partie des sociétés qui ont fortement   corrigé durant la fin de l'année 2000 21 mai en  appuyant sur certaines sociétés apple microsoft   meta anciens facebook cela permet justement de  tirer les indices vers le haut mais d'autres   sociétés sont fortement béton qu'il ya une forte  disparité entre certaines sociétés ce qui ne   montrent pas de perspectives positives sur les  bénéfices ou même qu'ils n'ont pas de bénéfices   et qui font plusieurs dizaines centaines de  milliards de dollars de capitalisation boursière   et certains gros qui ont une perspective positif  mais malgré malgré la survalorisation continue   d'être tirée vers le haut ce qui permet d'avoir  des indices qui tourne et qui vont sur des plus   hauts historiques donc attention tout de même  à la lecture de ceux là attention à la lecture   des indices qui ne reflète pas l'intégralité  finalement de la santé de l'économie et de   certaines sociétés et d'une grande partie  des sociétés aux états unis ou ailleurs on va parler bien entendu deux des politiques  monétaires et de la normalisation de la politique   monétaire on est ici sur le bilan de la fête donc  comme je le disais on parle de normalisation de   politique monétaire depuis un certain temps  mais malgré ce discours on est toujours sur   une d'expansion du bilan voilà on est et on a  passé les huit mille milliards de dollars on   était des bus 2021 fin 2020 on est à presque 9000  milliards donc c'est une expansion extrêmement   important en 2021 il y a eu le bilan a grossi  de 1300 milliards de dollars en un an lorsqu'on   était ici en 2008 avant la crise des subprimes on  était à peine à 1000 milliards de dollars de bilan   ici en une année on a fait plus 1300 milliards  donc voilà malgré le discours de normalisation   on n'est absolument pas dans la normalisation de  la politique monétaire toujours une expansion et   il est difficile de penser que nous aurons des  taux d'intérêt qui vont dépasser le pur sang   qui voilà 2 300 comme on l'a vu précédemment parce  que comme je le disais étant donné le niveau de la   dette au niveau des états mais aussi au niveau  des sociétés cela est difficilement concevable   d'avoir les taux d'intérêt qui progresse de façon  extrêmement important parce que le remboursement   de la dette serait beaucoup trop important et  donc va réduire drastiquement les perspectives   donc de les perspectives de bénéfices des sociétés  la dernière réduction du bilan que l'on a observé   qui est ici donc 2018 on a eu une baisse des  marchés ou en tout cas des secousses importantes   sur les marchés mais cela a été compensé pendant  ce temps là par une baisse des impôts des sociétés   donc voilà on a eu une secousse mais il ya eu  quand même une contrepartie qui est la baisse   drastique donc par donald trump l'ancien président  américain deux des impôts des sociétés qu'il n'est   pas bon pour le budget américain mais ce qui  a permis justement de compenser cette hausse   ou en tout cas cette cette réduction de soutien  aux marchés financiers parce qu'il ya une baisse   d'impôts ici cela va être difficile de réduire  les impôts s'il y a une baisse de l'expansion de   du bilan de la fed donc voilà c'est un exercice  délicat de gérants peau elle qui est maintenant   à nouveau dans son deuxième mandat en tout cas  va commencer le deuxième mandat début d'année   a donc été nommé une seconde fois pour quatre  ans et à partir on va pas faire de lien direct   mais quelques semaines après sa nomination  le discours a changé l'inflation n'était   plus transitoire il va falloir resserrer un  peu la politique monétaire mais comme je le   dis encore une fois nous n'avons toujours pas de  réduction de politique monétaire ni si ce n'est   une baisse réduite des rachats d'actifs sur les  marchés mais il ya toujours une expansion de ce   bilan de la fête donc ce que l'on va regarder sur  les politiques monétaires on a différents rendez   vous en début d'année on suit la bo la bce et  la fed train trois principales banques centrales   mondiales il ya également la bo gmail avaient ogi  n'est pas attendue du tout sur une normalisation une politique monétaire extrêmement accommodante  qui a commencé bien avant les autres mais pourquoi   la bce parce que la bce est attendue donc la  bo c'est la banque d'angleterre est attendue   justement sur une hausse de taux n'ont pas une  réduction des rachats d'actifs mais directement   une hausse de taux qui était attendu dès novembre  en décembre et nous ne l'avons toujours pas donc   il y a tout même 82 % de probabilité d'avoir une  hausse de taux passant de 0,10 à 0,20 mais cela   est extrêmement risqué mais il ya une inflation  importante en angleterre il ya également les faits   breakes site mais on regardera la bo pour cela  si la baie où justement la banque d'angleterre   décide bien d'augmenter ses taux ce qui serait  très qui serait judicieux étant donné la hausse   de l'inflation mais peut être négatif pour les  marchés cela pourrait être amenée justement   à penser que les autres banques centrales vont  effectivement resserrer leur politique monétaire   au niveau de la bo ce sera le 3 février au  niveau de la fed on attend les minutes de la   fed mercredi là cette semaine donc les minutes  de la fed c'est simplement le compte rendu d'une   c'est à peu près ce qu'on a entendu dans les  dernières conférences donc on devrait avoir   une confirmation de la perspective d'avoir une  normalisation voire peut-être une hausse de taux   voire peut-être trois housses de tous en 2022  ce qui pourrait nous amener sur 0 75% voire 1%   de taux directeur ce qui serait très difficile  à supporter pour les marchés comme je le disais   donc on va suivre cela on va suivre également  le tap rowling qui a été accélérée dans les   paroles encore une fois puisqu'il ya des rachats  d'actifs importants le tas bring si nous gardons   ce niveau de tapping à 20 milliards de dollars de  rachats d'actifs par mois auparavant 15 milliards   la hausse de taux si justement la hausse de taux  se rapproche au niveau des probabilités la fed   la hausse de taux pour la réunion de mars on a  seulement 41 % de probabilité d'avoir un statu   quo et donc d'avoir des taux qui restent les  mêmes 60 % donc presque de probabilité d'avoir   une hausse de taux d'une première hausse de  taux dès mars il y aura également dans cette   ces minutes au delà du ta prime au delà de la  hausse de taux cette réduction du bilan donc   non non pas une réduction des rachats d'actifs  ce qui sous-entend une réduction du rythme de   l'augmentation du bilan de la fed mais bien une  réduction du bilan de la fed une réduction du   bilan de la fed pourrait amener à des secousses  et cela va être difficile de réduire l'effet sur   les marchés financiers grâce à une baisse  d'impôts donc voilà ce que l'on va suivre   dans ses minutes et puis la prochaine réunion  de politique monétaire elle est le 26 01 donc   ce sera la première banque centrale a parlé  la fed on l'attend fin janvier donc d'ici là   les marchés pourraient se conforter dans cette  idée pas de nouvelle information négative et   donc une poursuite de la hausse des marchés on  a sept semaines les minutes de la fed mercredi   on a également boulard james bullard un des  membres de la fed ont été plutôt hawkish il   a fait plusieurs remarques sur le fait qu'il  fallait il faudra accélérer le resserrement   monétaire lui on l'attend jeudi me semble-t-il et  il ya un autre membre de la fête devrait parler   cette semaine donc là c'est à plus court terme à  moyen terme fin janvier début février on a trois   grandes banques centrales qui sont attendus la  bce ce sera le 3 février mais la bce n'est pas   attendue en tout cas ne devrait pas intervenir dès  maintenant et devrait intervenir dans la hausse   des taux dans la réduction des rachats d'actifs  classique plutôt 6 à 8 mois ou plusieurs mois   après la fed donc voilà c'est l'abbé eu d'abord  la fed et puis la bce par la suite la seule chose   que l'on surveille au niveau de la bce c'est le  ppp donc ses rachats d'actifs d'urgence qui ont   été mis après la crise en tout cas après nantes  2020 il devrait s'arrêter mais en revanche la   bce a prévenu que peut-être il le remettrait un  autre mécanisme un mécanisme en place donc voilà   au niveau des statistiques en plus l'inflation en  zone euro et moins sur le papier en tout cas est   moins importante qu aux états unis puisqu'elle  est plutôt de 2,8 pour cent voire un peu plus   ce qui apparemment 4% mais devrait se réduire  assez rapidement voilà sur cette normalisation   des politiques monétaires on est dans un discours  de resserrement mais pour le moment on reste dans   un discours de resserrement et donc il ya des  risques ce pourrait être des retours en arrière   ce qu'on va suivre avec attention ce sont bien sûr  les hausses de taux mais surtout à quel moment ils   vont décider de réduire le bilan non pas réduire  les achats d'actifs mais réduire le bilan je veux   dire quelque chose je sais pas ce que d'accord  avec mais même si c'est pour l'instant que du   discours le fait qu'ils aient cette volonté devant  se concrétise pas mais qui devrait se concrétiser   au fil des prochains trimestres des prochains mois  semble que ce qui est attendu quand on regarde les   prévisions la par rapport aux hausses de taux  et c est ce qu on peut au moins dire que cette   année on ne devrait pas avoir que la dernière  une année à attendre sur le cac là je vois on a   fait + 28 85 % sur le passé la plupart des places  boursières financières majeures ça a été une année   exceptionnelle bon ça a été plus difficile sur  certains pays émergents tu disais bon au-delà   de ces chiffres il faut aussi rentrer dans le  détail parce que aux états unis c'est quand même   majoritairement quelques grosses valeurs qui ont  tiré l'ensemble du marché alors que d'autres ont   peut être un peu plus de difficultés mais au moins  est ce qu'on peut s'attendre à une année 2011 22   plus difficile c'est pas difficile en passant  une année à plusieurs étudiants de 85% va pas   la faire tous les quatre matins mais déjà c'est  une indication intéressante quoi voilà moi ça me   semble très probable je m'attends absolument pas  à une année faramineuses pourquoi pas monter pour   l'instant il n'y a pas de gros nuages noirs et  on semble tout chaud monte avec brio au niveau   des épreuves qui nous sont mises sur le devant là  en ce moment avec au micro etc pour l'instant ça   fonctionne malgré tout je m'attends à une année de  hausse modérée dans le meilleur des cas puisque tu   partage ce sentiment oui tout à fait je donne pour  le moment les points de vue que l'on a en tout cas   que l'on voit chez dans les grandes banques etc  mais mais c'est vrai que pour moi je suis plutôt   de ton avis d'avoir au mieux une hausse modérée  du fait justement de ces risques du fait d'une   réduction des soutiens je parlais à l'heure  actuelle on a un discours de resserrement mais   on ne l'a pas encore mais on l'attend tous même  même s'il décade petit à petit ce resserrement   on devrait justement avoir un resserrement de  la politique monétaire et on devrait avoir une   année plus difficile s'il ya une inflation comme  on le voit dans les années 70 et qui continue   d'accélérer ce qui est fort probable on verra  avec d'autres facteurs ge et après au delà de la   politique monétaire j'attends également une année  qui va être un peu plus difficile pour les marchés   qui pourraient être on l'attendait un peu plus tôt  mais ce décalage vers les valeurs cycliques plein   qui donnent de bons évident qu'ils ont voilà  qui ils ont marché déjà établi où on n'attend   pas justement on ne voit pas une perspective  de croissance extrêmement importante et donc   peut-être un retour en arrière de certaines  sociétés qui tirent le marché actuellement   qui pourrait si on a un retour en arrière défend  ou dégât femmes ce genre de société cela pourrait   être extrêmement néfaste et on pourrait voir  l'étendue des dégâts sur les autres sociétés   donc je partage tout à fait ton point de vue  sur le fait que 2022 il va être difficile   de d'avoir des performances aussi importante que  celle qu'on a vue en 2020 2021 ou encore 2020 mais   certains voient encore aux importantes on a eu  tout à l'heure les perspectives de des grandes   banques américaines sur le s p 500 certains le  voyaient le s&p 500 à plus de 5000 points 5500   points pour le plus optimiste durant l'année 2022  donc voilà les banques ont bien bien entendu tout   intérêt et les fonds d'investissement à attirer  les investisseurs à acheter et a continué de   progresser mais on suit tous ce qu'il va se  passer et bien sûr les banques centrales devraient   normalement en tout cas elle aurait dû le faire  depuis un certain temps étant donné l'inflation   de resserrer leur politique monétaire et il  y à d'autres risques qui pourraient être pris   en compte du fait justement de ce resserrement  monétaire nous prendre en compte les risques et   donc d'avoir tout de même des corrections plus  important que 5 % qu'on a vu de temps en temps   en 2021 donc je partage tout à fait ton avis que  le mieux sera d'avoir une hausse plus modérée sur   les marchés financiers ok intéressant a donc  pour ces différents sujets dont qu'on a vu on   a vu ici les perspectives de bénéfices on a vu la  normalisation de la politique monétaire le dollar   américain lui devrait progresser c'est pour faire  une petite parenthèse sur le dollar américain sur   le forex plus le dollar américain ici depuis 2009  2010 timide au sein que l'on a vu depuis depuis   ici 2021 on voit une poursuite de la hausse mais  on pourrait voir j'attends en tout cas un premier   trimestre plus tôt une poursuite de la hausse  sur le dollar américain donc ici on est sur le   dollar basket n'ont pas une paire de devises mais  de dollars basket une poursuite de la hausse avec   ce resserrement de politique monétaire que  l'on voit aux états unis la poursuite delà   du rebond économique également est donc très  probablement hausse du dollar américain qui   devrait se poursuivre durant au moins le premier  trimestre de l'année 2020 non pas de 8 watts marché de l'énergie au micron bien entendu donc  on a parlé un peu tout à l'heure si ces voix là   c'est simplement pour illustrer un peu l'évolution  c'est donc le nombre de cas à la semaine ici donc   depuis depuis un certain temps on est tout de même  sur un voilà près de dix millions en une semaine   en 7 jours glissants de chaos micon donc mais si  cela est moins dangereux les plus contagieux on   voit et comme je le disais proportionnellement  moins deux personnes hospitalisées moins de 17   mais tout de même s'il ya plus de personnes qui  sont qui sont atteintes il y aura tout de même   un nombre important de personnes hospitalisées  est peut-être de mettre sous pression le service   de santé les services de santé mondiaux est donc  amené tout de même à des restrictions peut-être   très probablement moins contraignante qu'avant  on aura certainement pas on l'espère en plus   avoir un confinement dur mais des restrictions  ciblés on le voit en chine est tout de même un   une zone économique on voit en asie en chine où  il ya une partie de la production importante pour   le niveau mondial et donc au micron n'ont pas  forcément des risques d'inquiétude au niveau   de la santé des risques aussi important que ce  qu'on a vu quand on a découvert le virus l'aco   vide mais il peut être amené à des restrictions  ciblées et donc réduire la production et donc   augmenter certains problèmes sur les chaînes de  production et donc bien entendu à mener à des à   la poursuite de la hausse des prix parce que  bien entendu s'il ya moins de production mais   toujours une hausse de la demande l'église va  se faire sur les prix ce sont des fondamentaux   économiques d'économique donc voilà au micron  avec la remarque on a fait tout à l'heure moins   dangereux certes attention tout de même au risque  et haut risque sur la réduction de la production   dans certains certaines zones du monde ce qui  amène à des dérèglements justement des chaînes   d'approvisionnement et on l'attend encore en 2022  surtout s'il y à l'augmentation des restrictions   ici on a vu part de la chine mais il ya d'autres  produits à d'autres pays qui produisent mais en   chine on a vu une région à plusieurs deux millions  d'habitants qui a été confiné n'ont pas aussi dur   que précédemment mais il ya de nombreuses  usines dans ce dans cette région et on voit   le pmi manufacturier en chine qui est tout juste  au-delà du seuil de contraction 50,2 le seuil de   contraction ses 50 mais de nouvelles restrictions  de nouveau confinement chine pourrait amener à un   pmi manufacturier et des pmi en chine qui pourrait  être sous les 50 une baisse de la production mais   toujours une demande extrêmement élevé et donc  une nouvelle augmentation des prix ce qui pourrait   amener justement a finalement une hausse de  l'inflation qui pourrait se poursuivre là ici la hausse donc des prix c'est ici sur le site  de l' ocde c'est les perspectives d'inflation de   l' ocde donc au niveau de l' ocde la perspective  de l'inflation on se trouve ici un fin 2021 début   2022 on est à plus de 5% encore ici début 2022  et puis par la suite une baisse progressive mais   tout de même fin 2023 on est au niveau mondial  à plus de 3 % d'inflation au niveau de la zone   euro on devrait retrouver l'objectif de la fête de  la bce pour le moment on devrait retrouver dans ce   niveau l'objectif étant d'être à 2% auprès peurs  et ses dames ans et est au plus proche de 2% sur   les dépasser cela a été modifié et bien entendu  pour s'ajuster aux conditions économiques et donc   d'atteindre les 2 % voilà l'objectif d'inflation  donc en zone euro on devrait toujours être au delà   de l'objectif pour le moment jusqu'à quasiment  fin 2022 donc en plus il y à ces problèmes de   nouvelles restrictions non pas des cons film  en dur qui serait extrêmement difficile pour   contenir l'inflation mais même s'il ya des  pertes de la production cela va amener à de   nouvelles pénuries à des nouveaux problèmes  dans la chaîne d'approvisionnement est donc   selon moi ces problèmes d'approvisionnement  et l'impact sur l'inflation devrait rester   une bonne partie de 2022 voire au delà et donc  d'avoir une inflation qui dépasse leur père   pectives après 2022 en tout cas bien enfin tout  au long de l'année 2022 et donc voilà on a tout   de même une inflation qui est extrêmement  importante par ailleurs on à la hausse des   prix à la production qui sont supérieures aux  hausses des prix à la consommation donc si on   regarde deux choses l'ipc indice des prix à  la consommation et le lit pp donc l' indice   des prix à la production aux états unis à la  rachète je me suis appuyé des chiffres exacts   mais au niveau de l'ipc on est un peu au-dessus  des 6% au niveau et prix à la production on   est un peu sonné au dessus des 9 % donc bien  entendu il va y avoir deux choses si les prix   à la production sont 2 9% la hausse est de 9 %  mais les prix à la consommation sont seulement   que 6 % l'espionné bénéfices des sociétés vont  baisser ou alors ce qui paraît beaucoup plus   plausible les sociétés vont augmenter les prix  et donc les prix à la consommation la hausse des   prix à la consommation va très probablement  augmenter davantage donc dans les deux cas   de toute façon cela va être un risque s'il ne  répercute pas la hausse du prix par rapport à   la à la hausse du prix à la production c'est une  baisse des bénéfices qu'il faut attendre et donc   probablement une une réduction de cette hausse des  indices si au contraire il ne répercutent les prix   on va avoir une hausse de l'inflation et donc un  resserrement de la politique monétaire qu'il va   être plus agressifs et donc très probablement une  incidence sur les marchés financiers donc cette   inflation être le principal risque actuellement  pas forcément sur le le le comme je le disais sur   la politique monétaire tout dépend de ce que vont  faire les sociétés entre répercuter les prix ont   assumé la baisse des bénéfic

2022-01-08 20:10

Show Video

Other news